Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 septembre 2016 5 23 /09 /septembre /2016 16:23

François FILLON écrit dans son Abécédaire "POUR VOUS" :

...LA SEULE SOLUTION, C’EST L’ACTION ET LA RÉVOLUTION DU BON SENS

Pour cela, il faut arrêter ce qui ne marche pas et prendre les mesures qui partout ailleurs ont fait le succès de nos principaux concurrents. Ceux qui vous disent qu’on peut continuer comme avant sont dans le mensonge. Avec 6 millions de personnes qui pointent à Pôle Emploi et 2 100 milliards de dettes, la seule solution, c’est l’action et c’est la révo­ lution du bon sens.

Partager cet article
Repost0
30 janvier 2010 6 30 /01 /janvier /2010 09:38
L'expression "le bon sens" va-t-elle toujours "dans le bon sens" ?
L'expression "dans le bon sens" peut-elle être en contradiction avec "le bon sens"    ? 
Dans cette revue n°15, il s'agit d'aller "dans le bon sens" .

Extrait de La Tribune 27/01/2010

Le nouveau visage de la coopération internationale
 
"Rethink, redesign, rebuild" : repenser, redessiner, reconstruire. C'est autour de ces trois impératifs qu'ouvre aujourd'hui le forum économique mondial de Davos. Dans un texte publié par La Tribune en exclusivité pour la France, le fondateur du WEF livre ses réflexions sur la transformation du monde. Selon lui, la sortie de crise sera semée d'embûches avec l'apparition de nouvelles bulles qui imposent plus que jamais coopération et intégration.

La récente crise économique et financière a mis en exergue le fait qu'après avoir découvert les joies de la "mondialisation des opportunités", nous faisons face actuellement à une "mondialisation des problèmes". Ce tournant illustre l'étendue de la transformation du monde d'aujourd'hui et reflète notamment dans quelle mesure il est bien plus interconnecté, interdépendant et complexe qu'auparavant, en mettant en scène de nombreux nouveaux acteurs gouvernementaux et non-gouvernementaux.

Les effets de la crise semblent s'atténuer. Et malgré une reprise qui demeure fragile, une certaine satisfaction s'est désormais installée. L'élan vers les réformes globales qui prévalait auparavant est partiellement retombé et l'attrait de la coopération internationale s'est estompé ; la Conférence de Copenhague en a récemment fait la preuve.

Les enseignements de la crise nous indiquent en toute clarté que cette année sera jalonnée de nombreuses difficultés. Les mesures fiscales et monétaires mises initialement en place en vue d'atténuer les secousses économiques mondiales font craindre désormais la formation de nouvelles bulles économiques.

De plus, dans un contexte de surcapacité persistante de nombreux secteurs économiques, les évolutions démographiques, comportementales et technologiques induites par l'effondrement de la demande mondiale menacent la solidité de la reprise qui vient de s'amorcer. De surcroît, les risques planétaires tels que le changement climatique, la prolifération nucléaire et les pandémies n'ont jamais été aussi menaçants.

En limitant notre action uniquement sur la gestion de la crise, nous ne ferons qu'alimenter la spirale descendante. Le déni de certaines vérités gênantes ou politiquement dérangeantes nous a incité à nous reposer sur des systèmes irréalistes et intenables dès le départ. Il est certain que les périodes de crise sont l'occasion de mettre en oeuvre des idées plus efficaces et de modifier le système mondial dans le bon sens, en s'appuyant sur la participation des principaux acteurs de l'ensemble de la société à l'échelle universelle.

Sans aucun doute, 2010 constitue un tournant de l'histoire mondiale, et par conséquent, pour prendre en main notre avenir, il va nous falloir repenser avant tout notre système de valeurs, puis redessiner nos structures internationales, et reconstruire nos institutions.

Repenser notre système de valeurs requiert de multiples conditions préalables : d'une part la garantie d'un ancrage à la responsabilité sociale et au développement environnemental durable, mais également une assurance à la réduction des inégalités. Ceci nous permettrait d'instituer les fondations qui adapteraient nos structures internationales aux besoins de la société du XXIème siècle. Ce remodelage doit être mis en oeuvre à tous les niveaux, et tout particulièrement au niveau mondial, par le biais de la mise en place d'un cadre indispensable, applicable notamment aux flux financiers et aux échanges internationaux. Pour y parvenir, une vision commune doit émerger, conjuguée à une innovation collaborative et des partenariats publics-privés afin de garantir le succès à long terme de la mise en oeuvre.

Repenser nos valeurs et repenser nos structures internationales conduira naturellement à la reconstruction de nos institutions, en vue de les rendre plus proactives et plus stratégiques. Plus inclusives, elles renforceraient la participation de l'ensemble des acteurs. Elles seraient aussi plus fidèles aux nouvelles structures géopolitiques et géoéconomiques et plus soucieuses de la responsabilité envers les générations futures.

Pour reconstruire le monde après la crise, il nous est possible de recourir à de nouveaux concepts qui se fondent sur une plus grande participation citoyenne et des partenariats engagés entre les instances publiques et les acteurs non-gouvernementaux. Il nous appartient de faire appel davantage à l'expertise et au savoir dans le cadre de nos processus de décision. Nous devons aussi accentuer le recours aux réseaux sociaux en tant qu'outil de renforcement de la responsabilisation, puiser plus efficacement dans notre capital numérique, et être plus à l'écoute de la génération à venir.

S'il existe déjà de nombreuses institutions en mesure de prendre en considération certains aspects spécifiques des défis auxquels le monde fait face, aucune d'entre elles n'a aujourd'hui la charge d'examiner la situation mondiale en suivant une approche intégrée et globale. De plus, elles ne disposent pas non plus des acteurs et des moyens nécessaires pour garantir l'exécution adéquate d'une telle tâche.

Intégration et coopération. Voilà clairement ce dont le monde a le plus besoin aujourd'hui. On ne relève pas ce genre de défi en solitaire. Il nous faut sortir de nos retranchements et créer des liens avec le reste du monde et les autres organisations qui nous entourent. Tout progrès à accomplir au XXIème siècle est caractérisé par la complexité et la rapidité d'évolution. Il requiert une capacité à comprendre les motivations de l'ensemble des parties prenantes de la société et à obtenir des informations pertinentes quant à la nature des problèmes. Cela ne peut se faire qu'à travers un dialogue entre ceux qui ont la responsabilité d'établir l'ordre du jour mondial. Cet échange est une condition préalable à une prise de décision éclairée et juste. La seule contribution que Davos puisse offrir au monde à chaque début année est de fournir les conditions permettant un tel dialogue, complet et authentique.

 

Klaus Schwab, fondateur et président exécutif du World Economic Foru

Partager cet article
Repost0
24 janvier 2010 7 24 /01 /janvier /2010 17:13
Extrait du monde.fr

Le président Obama veut limiter la taille des banques
Partager cet article
Repost0
24 janvier 2010 7 24 /01 /janvier /2010 16:28
Bonjour,

me voilà de retour, et le bon sens aussi...on en parle beaucoup et partout en ce moment : même le président B. OBAMA au sujet de ses US Banks...!


Partager cet article
Repost0
14 septembre 2009 1 14 /09 /septembre /2009 14:50
Point de vue     Le Monde du 17/08/2009
Extrait
L'échec de l'évaluation des ministres, ou les limites de la culture du résultat, par Philippe Dobler et Olivier Saulpic

L'évaluation est aujourd'hui au coeur des réformes en cours, notamment dans les hôpitaux, les universités et de nombreuses administrations (mais aussi d'évolutions dans les entreprises). On ne sait pas bien ce que recouvre le terme de "culture de résultat" qui sous-tend ces réformes, mais il semble légitimer des pratiques d'évaluation des individus sur la base d'un nombre le plus réduit possible d'indicateurs chiffrés, diffusés largement selon un principe de transparence et associées à des systèmes formels de sanction-récompense que l'on souhaite le plus objectif possible.
Le discours qui entourait la mise en place du tableau de bord des ministres il y a environ deux ans s'inscrivait tout à fait dans ce mouvement de diffusion d'un esprit - la "culture de résultat" - qui assoirait la "professionnalisation" des ministres. Il était précisé que l'évaluation devait servir à analyser les effets de leur action et à prendre des mesures pour améliorer la performance. C'est d'une certaine façon le discours standard et semble-t-il de bon sens qui justifie à la fois le principe de l'évaluation, mais aussi, et c'est cela qui pose problème, le mode spécifique de mise en oeuvre de l'évaluation décrit précédemment. Or force est de constater que l'expérience n'a pas été concluante.
.../...

A suivre , en souhaitant une concrétisation de cette bonne idée ("top 10" des ministres...)
Partager cet article
Repost0
13 septembre 2009 7 13 /09 /septembre /2009 18:21

 Il ne faudrait pas en arriver là :
 

C’est avec grande tristesse que nous vous faisons part du décès d’un ami très cher qui se nommait BON SENS
 

…et qui a vécu de très nombreuses années parmi nous.
 

Personne ne connaissait précisément son âge car le registre sur lequel était enregistré sa naissance a été déclassé, il y a bien longtemps, du fait de sa trop grande ancienneté.
 

Mais nous nous souvenons bien de lui, notamment pour ses remarquables leçons de vie comme :

«  Le monde appartient à ceux qui se lèvent tôt »

«  Il ne faut pas tout attendre des autres »

Ou bien encore

«  Ce qui m’arrive est peut-être aussi ma faute »
 

BON SENS ne vivait qu’avec des règles simples et pratiques, comme :

« Ne pas dépenser plus que ce que l’on a »

et des principes éducatifs clairs comme :

« Ce sont les parents qui décident en final »

 

Hélas, BON SENS a commencé à perdre pied quand des parents ont commencé à attaquer des professeurs qui croyaient avoir bien fait leur travail en voulant apprendre aux enfants le respect et les bonnes manières (fiction ? ) .

 

BON SENS a définitivement perdu toute confiance et toute attache à la vie quand il a appris qu’une femme, qui n’avait pas réalisé qu’une tasse de café chaud peut brûler, et qui s’en était renversée maladroitement quelques gouttes sur la jambe, a perçu pour cela une indemnisation colossale du fabriquant de la cafetière électrique, qui a du licencier l’intégralité de son personnel (fiction ? ) .
 

Et comme vous le savez sûrement,

La mort de Bon Sens avait été précédée par le décès :

- de ses parents Vérité et Confiance,

- de son épouse Discrétion

- de sa fille Responsabilité et celle de son fils Raison

 

Il laisse toute la place à trois faux frères nommés respectivement :

- « Je connais mes droits »

- « C’est la faute de l’autre »

- « Je suis une victime de la société »
 

Certes, il n’y avait pas foule à son enterrement car il n’existe plus beaucoup de personnes qui le connaissaient vraiment, et peu se sont rendu compte qu’il était parti.

 

Mais si Vous, vous  vous souvenez encore de lui et si Vous voulez raviver son souvenir,

prévenez vos amis de la disparition de notre regretté BON SENS en faisant par exemple circuler ce faire part…
 

Sinon, ne faites rien !    

Partager cet article
Repost0
14 février 2009 6 14 /02 /février /2009 19:49

Samuel Potier (lefigaro.fr)     Extrait

02/02/2009

Au total, selon le ministre de la relance Patrick DEVEDJIAN, environ 10 milliards d’euros sur les 26 milliards seront directement injectés, « dès cette semaine », dans les 1.000 projets retenus pour bénéficier des investissements publics. »Cette crise mondiale n’est ni de droite, ni de gauche. Les réponses que nous lui apportons ne sont pas partisanes, estime ainsi François FILLON. Ce sont des réponses de bon sens, des réponses opérationnelles ».

Partager cet article
Repost0
14 février 2009 6 14 /02 /février /2009 19:27

Extrait de LesEchos.fr


Maïs OGM: les cultures restent suspendues, la polémique redémarre

[ 12/02/09  - 19H31 - AFP  ]

© AFP/Archives - Jean-Pierre Muller

 

La culture de maïs OGM de Monsanto en France reste suspendue, a annoncé jeudi le gouvernement après la vive polémique suscitée par la publication de l'avis d'une agence publique selon laquelle ce produit ne présente aucun danger sanitaire.

"La France maintient la suspension en attendant une décision de la Commission (européenne), qu'elle respectera", a déclaré à Bruxelles le Premier ministre François Fillon.

L'avis de l'Agence française de sécurité sanitaire des aliments (Afssa) "ne remet pas en cause la clause de sauvegarde (...) qui repose sur des risques jugés sérieux pour l?environnement et non pas sur des risques sanitaires", a de son côté souligné le ministère de l'Ecologie.

"Cela ne change en rien la position de la France: c'est comme si on se basait sur l'avis d'un dentiste pour soigner une fracture du bras", a lancé la secrétaire d'Etat chargée de l'Ecologie, Chantal Jouanno.

Les écologistes, vent debout contre l'analyse de l'Afssa - José Bové a parlé d'un "coup de force du lobby pro-OGM" - ont salué la réponse gouvernementale, qualifiée de "saine et de bon sens" par Arnaud Apoteker de Greenpeace.

Partager cet article
Repost0
27 janvier 2009 2 27 /01 /janvier /2009 20:28

L'homme puissant qui joint l'audace à l'éloquence devient un citoyen dangereux quand il manque de bon sens .

EURIPIDE, dans Les Bacchantes
Partager cet article
Repost0
16 janvier 2009 5 16 /01 /janvier /2009 14:20
Extrait de LesEchos.fr du 07/01/2009
« Ma maison écolo »

[ 07/01/09  ]

Par Noëlle Saugout et Daniel Ichbiah. L'Archipel, 430 pages, 14,95 euros.

C'est sur sa table de chevet qu'il faut poser cette petite bible écolo pleine de bon sens si on veut faire le plein d'idées vertes sans fatigue. Son format carré fourmille de conseils pratiques pour transformer sa maison en modèle de vertu : installer une douche avec aérateur pour économiser jusqu'à 75 % d'eau, adopter un aloe vera pour purifier l'air de son appartement, décorer ses murs avec des couleurs claires pour réduire la facture d'éclairage, détartrer ses canalisations pour augmenter le rendement de sa chaudière, traquer les fuites d'eau qui font un trou dans le porte-monnaie... Au total, 365 bonnes résolutions à consommer toute l'année.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Mercurius Bizz
  • : Pour un "bon sens" durable...
  • Contact

Profil

  • GD / Mercurius Bizz
  • Bon sens en promotion .

Recherche

Liens